Participer au site : news photo video
avatar Se connecter
Kata

Kata


groupesToute l'association

 

NAGE NO KATA (Passage 1er et 2e Dan).  

 

 

NAGE NO KATA

Le préalable technique pour l'étude du nage no kata est la maîtrise des ukemis.

Ayez une bonne connaissance de votre rôle. Que vous soyez dans le rôle de Tori ou de Uke, vous devez être parfaitement au courant de ce qui va se passer. Dans le rôle de Uke vous êtes en situation de pratiquer et de perfectionner vos ukemi, et dans le rôle de Tori vos projections. Les actions des deux partenaires doivent instantanément se trouver en accord. Il ne s'agit pas de voir Uke contraint à des chutes mal exécutées faisant suite à des projections également mal exécutées par Tori. Si Uke "saute" dans la chute, le Nage no Kata perd beaucoup de sa valeur. Uke ne doit ni esquiver ni contrer la technique de Tori, mais il ne doit pas non plus s'offrir comme une victime résignée. Tori doit vraiment projeter Uke. Si Uke exagère son attitude de collaboration avec Tori, il réduit considérablement la valeur du kata comme moyen d’entraînement en anticipant sur les mouvements de tori et en perturbant sa recherche du temps juste (timing). Il n'y a pas de meilleur moment pour apprendre à porter une technique.

Le kata contrôle tout pour vous, si bien que vous pouvez vous concentrer entièrement sur ce que vous faites. Pour mieux y réussir, retenez les points suivants, qui sont directement transférables au randori:

a) Dans le rôle de Tori :
1. Ma-ai ou distance d'engagement: C'est un point crucial pour la projection. Toutes les techniques ne requièrent pas la même distance d'engagement entre les partenaires.

2.Riai ou synergie: Certains professeurs considèrent que c'est là l'enseignement le plus important que l'on puisse retirer du kata. Le Riai englobe la façon de recevoir la force de Uke, de combiner votre force avec la sienne, d'en prendre le contrôle, et de le vaincre enfin en mettant en oeuvre une action de projection appropriée. Le Nage no Kata vous enseigne à déposséder Uke de l'initiative ou à prendre l'initiative vous-même avant qu'il ait pu s'en saisir. Il vous enseigne aussi à placer votre attaque dans le temps juste qui la fera réussir. Pour cela, il vous faut comprendre la notion d'initiative de l'attaque (sen).

3..Taisabaki ou mouvement circulaire du corps: Le Taisabaki est essentiel dans toutes les techniques du judo, quoique son amplitude soit variable. Portez votre attention sur les déplacements qu'il suppose et sur la position et l'angle de votre corps par rapport a celui de Uke aux stades successifs des diverses projections. Souvenez-vous que le Taisabaki agit en accord avec la distance d'engagement et avec le Riai. Il importe de ne pas rompre cette harmonie.

b)Kusushi-tsukuri-kake : Déséquilibre, ajustement, exécution de la projection. Soignez particulièrement les deux premiers, sans oublier le troisième. Le plus important est l'action de la main qui tire, qui doit être appropriée à chaque technique. Le tsukuri et la transition vers le kake doivent être accomplis en fonction d'une étude soigneuse de la position des pieds de Uke. Il en va ici de même que pour le Riai, le Taisabaki et la distance d'engagement. La position des pieds de Uke détermine sa ligne de moindre résistance, et la direction dans laquelle il peut le plus efficacement être projeté. Pendant le kake, prêtez attention à votre propre équilibre ainsi qu'à la position de votre tête pendant la projection, à la direction dans laquelle vous projetez et à la localisation de la chute.

c):dans le rôle de uke

1.La distance d'engagement : C'est Uke qui la fixe, en étant l’agresseur, en fait ou au moins en intention. Ceci montre l'esprit dans lequel Uke assume son rôle pour que le kata puisse se dérouler tel qu'il fut conçu.

2.Le Riai : Le point important est ici l'initiative de l'attaque. Dans ce kata, il est prévu à l'avance que vous perdrez l'initiative de l'attaque; dans Yoko-guruma, par exemple, vous avez l'initiative de l'attaque, puis vous la perdez, la reprenez et la reperdez enfin définitivement.

3.Le Kusushi-tsukuri-kake En sachant comment Tori vous place en vue de son attaque, vous apprenez à vous en défendre. Si vous parvenez ainsi à élaborer des défenses contre les actions effectuées pendant ces phases, vous aurez appris quelque chose d'utile pour le randori.

4 L'Ukemi: L'Ukemi est capital pour faire un bon kata ainsi que pour des raisons de sécurité. Concentrez-vous sur votre forme de corps et sur votre position finale sur le tapis. Les pieds de Uke ne doivent pas rebondir après ukemi, mais le bras doit rebondir pour atténuer l'impact de la chute. Uke termine allongé dans les te waza, koshi waza et ashi waza, et aussi obligatoirement dans ura nage et yoko gake. Il termine obligatoirement debout dans to moe nage. Il peut choisir de terminer debout ou allongé dans les autres sutemi. Il se retrouve dans l'axe longitudinal, sauf après okuri ashi barai, yoko guruma et uki waza. Si des déviations surviennent et que les positions de départ sont correctes, cela peut être du à un mauvais déséquilibre de Uke, ou à un manque de force dans le kake. Le Nage no Kata offre une grande variété de projections et vous enseigne comment tomber en toutes circonstances.

 

Quand vous aurez atteint un certain niveau, vous étudierez le kata dans l'idée de trouver de nouvelles idées pour améliorer votre technique, de trouver des choses qui ne figurent pas, et que vous pouvez transposer dans votre pratique du randori.

C'est la que résident les "secrets" du judo. L'esprit de la self-défense est très présent dans le Nage no Kata. Attachez-vous à observer la montée du zanshin (esprit de vigilance), qui fait de chaque projection une vraie projection.

Dans le rôle de Tori votre attitude corporelle et votre disposition mentale doivent vous permettre, si votre projection n'est pas décisive, d'enchaîner continûment jusqu'à une conclusion victorieuse. Cet exemple nous conduit à la frontière des techniques de liaison (renraku-henka-waza).

Dans le rôle de Uke vous aurez peut-être l'impression de servir de cobaye, mais vous en retirerez peut-être plus de profit que vous ne réalisez. Fixez votre attention sur la technique que Tori vous porte et figurez-vous qu'elle vous est protée par un adversaire au cours d'un shiai ou d'un randori.

Enregistrez la sensation que procure chaque projection au cours de ses diverses phases: déséquilibre, ajustement, exécution. Concevez des défenses et, après vous être entendu avec votre partenaire, essayez-les. Ne vous abandonnez pas dès que vos pieds quittent le tapis, pensez à la façon dont vous auriez évité d'être projeté si c'était un combat réel. Ici aussi, expérimentez vos idées, apprenez à connaître votre propre corps, avec ses limites et ses possibilités. Vous finirez ainsi de perdre l'appréhension des chutes et vous acquerrez une grande variété d'actions défensives saines et efficaces.

 

Uke doit savoir chuter et doit connaître les actions de Tori, la direction de la chute et la région du tapis ou elle doit se faire. Il doit savoir par dessus quelle épaule il va passer et quel bras frappera le tapis. Tori de son côté doit contrôler ses techniques en y appliquant juste la force nécessaire.

 

Uki-otoshi et sasae-tsuri-komi-ashi supposent le même genre de trajectoire et de positions de la part de Uke. Uke ne doit pas s'arc-bouter en arrière ni partir en cercle. Il doit s'enrouler dans le sens de la projection. S'il penche son buste en avant il risque de faire une mauvaise chute parce qu'il sera trop bas au moment du renversement. Il risque alors d'atterrir sur la tète ou sur l'épaule. Il aura une trajectoire harmonieuse en se tenant droit et en regardant vers le haut.

 

La chute de kata-guruma effraye les débutants. Uke doit se tenir bien droit avec les jambes tendues sans s'affaler sur Tori. Tori pourra ainsi le projeter d'une pièce et contrôler sa chute.

 

Les sutemi-waza ne doivent pas etre pratiqués avant 12 ans. Tomoe-nage fait sentir la puissance de cette famille de projections et engendre une chute potentiellement difficile et dangereuse. Uke doit partir selon un grand arc de cercle. La chute risque d'être mauvaise si l'on cherche à la ralentir ou à se recroqueviller pour en réduire l'envergure. Uke doit se lancer en avant et penser à rouler sur la bonne épaule en zempo kaiten. Il doit toucher le tapis sur le côté du dos et non à plat dos. Tori doit utiliser sa jambe correctement, s'il pousse trop tôt, Uke sera projeté trop haut et pas assez loin en avant, et il ne pourra pas faire un bon ukemi. Surtout, Tori doit éviter de frapper l'abdomen de Uke. Tori doit lâcher Uke des deux mains à la fin de la projection.

 

Ura-nage peut se révéler une redoutable projection, et la chute peut l'être encore davantage si Uke n'y est pas bien préparé. Les toutes premières fois, Tori s’assoira simplement et roulera sur le tapis sans forte action des jambes et des bras. Uke plongera par dessus lui et essaiera son ukemi. Uke doit rester allongé sur le tapis. Progressivement, Tori donnera plus d'élan à sa projection pour en venir à décoller Uke et à le projeter en l'air derrière lui. Uke doit apprendre à ne pas laisser emprisonner le bras qui porte le coup (et qui vient s'appliquer sur l'épaule de Tori) au moment ou Tori prend contact avec le tapis. Uke peut aider Tori en appuyant sur son épaule avec ce bras, ce qui donne aux deux partenaires une meilleure sensation de la projection. Ne considérez pas que cette projection est artificielle. Uke ne doit ni être réticent à être projeté, ni anticiper la projection. Tori doit laisser Uke partir à la fin de la projection.

 

Yoko-gake est sans doute la chute la plus dure de ce kata, même lorsque elle est correctement exécutée. Uke doit s'incliner vers l'avant tout en résistant vers l'arrière, ce qui le conduit, sous l'action de Tori, à tourner vers l'intérieur l'épaule du côté du pied avancé. Uke doit être relativement raide et son poids doit reposer sur la tranche externe de son pied au moment ou Tori attaque ce pied. N'essayez pas de tomber assis en vous recroquevillant. Préparez-vous à tomber sèchement à plat-dos. Rentrez bien le menton. Tori doit bien tenir et lever la manche de Uke qu'il contrôle afin de protéger la nuque et l'épaule de Uke.

 

Sumi-gaeshi, yoko-guruma et uki-waza supposent que Uke soit préparé à une chute circulaire vers l'avant, tète la première, en zempo-kaiten, pied et épaule du même côté avancés. Uke doit se prêter à la projection sans réticence. Dans sumi-gaeshi et uki-waza, Tori risque de blesser Uke s'il immobilise le bras de Uke passé sous son aisselle. Il doit au contraire penser à libérer ce bras pour que Uke puisse effectuer sa chute en zempo-kaiten. La chute de Yoko-guruma comporte une trajectoire particulièrement impressionnante.


Il vaut mieux commencer dans le rôle de Uke, et attendre de connaître ce rôle assez bien avant de faire Tori. Commencez avec un Tori expérimenté pour apprendre plus vite et sans risques. Les débuts sont meilleurs lorsque l'on a confiance dans son Tori et dans ses propres Ukemi. Le rôle de Tori ne doit être abordé qu'a partir de la ceinture marron. C'est une erreur de croire que Tori réagit toujours aux attaques d'Uke en y cédant pour vaincre.

En réalité, le seul principe commun à toutes les figures du kata, c'est l'utilisation optimale des forces mentales et physiques. Dans certaines techniques, l'attaque de Uke est active: seoi-nage, uki-goshi, ura-nage, yoko-guruma. Dans d'autres, Uke peut sembler presque passif: son initiative se borne à adopter la position shizentai ou jigotai. Dans cinq techniques: okuri-ashi-harai, uchi-mata, tomoe-nage, sumi-gaeshi, uki-waza, Uke est entièrement statique et subit les déplacements imposés par Tori. Dans Uki-otoshi, harai-goshi, tsuri-komi-goshi, sasae-tsuri-komi-ashi et yoko-gake, les choses sont plus subtiles. Pour comprendre ces figures, il faut remonter aux intentions du fondateur: "On croit généralement que le jujutsu (le judo) est un art de l'attaque et de la défense basé sur la théorie que "le mou contrôle le dur", et que c'est là le seul principe régissant les affrontements de jujutsu. Mais dans ce cas, les techniques du jujutsu seraient sans valeur tant qu'un adversaire n'attaquerait pas le premier, et ce serait alors une forme très limitée de combat". Kano voulait par là, signaler que le judo découle du combat, et n'est pas seulement un sport. Par ailleurs, le judo ne se limite pas à la défense sur attaque de l'adversaire (go no sen, ou initiative tardive). En réalité, le principe "Ju" s'étend à l'attaque positive appliquée au moment le plus approprié. Cette attaque peut dans le kata être le fait tantôt de Tori et tantôt de Uke. Kano appelle "kobo-ichi" l'unité d'une attaque et de la réaction appropriée à cette attaque. Pour Kano, une attaque et sa réponse sont en harmonie, l'attaquant peut-être défenseur et le défenseur attaquant, et les rôles peuvent changer à tout moment. C'est la Zanshin qui permet le sen (initiative).

Le Nage no Kata ne comporte pas de chutes arrières. Cela vient du fait que les projections arrières sont pour la plupart des ko-waza, requérant une action limitée du corps. La plupart sont en outre des kari-waza, techniques de jambe rapides et peu propices à une exécution gracieuse. L'ukemi est également sans ampleur et il est difficile pour Tori de conserver son équilibre dans la projection.Finalement, Kano s'est limité à okuri-ashi-barai et à des sutemi de grande amplitude. La deuxième raison est que le kata démontre une attitude de self défense. Les projections répondent à une attaque et il est rare qu'un attaquant procède à reculons. Le seul cas ou Uke recule est celui de Tomoe-nage, où Tori recourt au "quasi-sen", ou initiative de l'attaque. Tori oblige Uke à reculer, crée des opportunités de techniques de jambes, mais les néglige au profit d'un sutemi de grande amplitude, démontrant ainsi le principe de l'utilisation de la réaction de Uke à une action de diversion. Dans uchi-mata, sumi-gaeshi et uki-waza, Uke esquisse un déplacement qui pourrait être arrière, mais il n'a pas la possibilité de l'exécuter. Les déplacements de uki-otoshi, kata-guruma, harai-goshi, tsuri-komi-goshi, et yoko-gake peuvent sembler identiques à un observateur superficiel, mais il n'en est rien. Dans uki-otoshi, Uke aborde Tori pour la première fois et il est sans appréhension il s'engage sans réserve. Dans kata-guruma, il garde souvenir de sa "défaite" précédente et n'avance qu'avec davantage de réticence, s'arc-boutant légèrement vers l'arrière jambe avant légèrement fléchie. Tori également agit différemment il empêche Uke de s'avancer comme précédemment, il change de garde au deuxième pas et fait flotter le corps d'Uke. Dans harai-goshi, Uke se souvient de la projection subie par kata-guruma et adopte une attitude plus flasque pour prévenir une attaque similaire, tout en esquissant une esquive circulaire. Tori oblige Uke à se raffermir en changeant de garde et en le faisant flotter vers le haut au cours du second pas. Dans Tsuri-komi goshi, Tori ne laisse pas à Uke le temps d'avancer; il le saisit d'emblée au col en un point inhabituellement élevé, incitant Uke à résister vers l'arrière avec une extrême raideur, comme pour se défendre contre un harai-goshi. Dans yoko-gake, Uke ne peut effectuer que le premier pas du déplacement habituel, Tori commençant alors à agir sur son corps selon une torsion vers l'intérieur et vers l'avant préparatoire à la chute au troisième pas.

Le rythme du nage-no-kata est un rythme fondamentalement régulier. Les projections s'exécutent au même rythme que les préliminaires, sans précipitation. Uke et Tori peuvent sembler agir simultanément, mais en réalité, Tori est légèrement en avance dans les préliminaires et le déplacement jusqu'au point d'engagement, qui doit donner l'image d'une vague roulant sur une plage bien régulière. Apres une brève pause, l'attaque intervient, au même rythme que les préliminaires, puis la projection qui doit sembler parfaitement régulière, sans à-coups. Les deux seules exceptions sont okuri-ashi-barai et ura-nage. La première comporte une accélération progressive du déplacement. Par ailleurs, il n'y a pas la pause habituelle entre to moe nage à gauche et ura-nage à droite, à peine relevé de tomoe-nage, Uke attaque pour ura-nage; Tori qui se relève après sa projection doit évaluer en cours de déplacement sa distance d'engagement. Le rythme normal est ensuite rétabli. Les maîtres du kata disent qu'au cours d'une bonne exécution les deux partenaires donnent l'impression d'être réunis par un fil invisible, qui ne se détendrait à aucun moment de l'exécution.

Les débutants ont parfois du mal à comprendre pourquoi une technique est dite "droite" ou "gauche". Officiellement, le Kodokan désigne chaque technique en fonction du côté du corps, de la jambe, du pied, de la hanche ou de l'épaule utilisés par Tori pour l'exécuter. Mais il est assez difficile de formuler une explication simple pour les débutants à partir de ce mode de classement. Il est plus simple de prendre en considération la chute de Uke, et de dire que, dans son ukemi, Uke frappera du bras droit pour les projections à gauche et du bras gauche pour les projections à droite. Dans le classement du Kodokan, okuri-ashi-barai, sasae-tsuri-komi-ashi, yoko-gake, uki-waza et ura-nage sont d'abord effectuées à gauche, puisque dans les trois premières Tori attaque Uke de sa jambe ou de son côté gauche, et dans ura-nage fait passer Uke par-dessus son épaule gauche. Mais nous les avons considérées comme des techniques droites parce que Uke frappe le tapis de son bras gauche dans son ukemi. Et seule uki-goshi est d'abord effectuée à gauche dans ce mode de classement (Guy PELLETIER).

 

 

Le NAGE NO KATA est l'un des randori no kata ou forme d'exercices libre. Le NAGE NO KATA

est la démonstration des principales techniques de tashi waza créé en 1907 par JIGORO KANO. Ce

kata démontre le principe des techniques et de l'attitude. TORI et UKE doivent être en "harmonie",

ils sont partenaires. Uke prend l'initiative et TORI en profite pour mettre Uke dans le déséquilibre

propice a l'exécution de la technique. Uke n'est pas passif, mais doit constamment contrôler son

corps jusqu'à la chute. Le NAGE NO KATA comprend 5 séries de techniques correspondant aux 5

groupes de projections. Chaque séries comprend trois techniques. Chaque technique est exécutée à

droite et à gauche. Le NAGE NO KATA développe les principes de non résistance, de déséquilibre

avant la projection. Il démontre : les trois phases d'une projection kuzushi, tsukuri, kake

(déséquilibre, placement, projection), les ukemi, les déplacements (tsugi ashi, ayumi ashi). Le NAGE

NO KATA doit être pratiqué avec sincérité, son rythme est uniforme sauf entre to moe nage à gauche

et ura nage à droite ou il est accéléré. Uke doit être tonique, TORI et Uke doivent être concentrés. A

noter l'importance du cérémonial

1° Série TE WAZA (technique de bras) : UKI OTOSHI, SEOI NAGE, KATA GURUMA

2° Série KOSHI WAZA (technique de hanches) : UKI GOSHI, HARAI GOSHI, TSURI KOMI GOSHI

3° Série ASHI WAZA (technique de jambes) : OKURI ASHI BARAI, SASAE TSURI KOMI ASHI, UCHI MATA

4° Série MA SUTEMI WAZA (technique de sutemi avant) : TO MOE NAGE, URA NAGE, SUMI GAESHI

5° Série YOKO SUTEMI WAZA (technique de sutemi latéraux)) : YOKO GAKE, YOKO GURUMA, UKI WAZA.

 

Position de début : Par rapport à SHOMEN TORI est à gauche et Uke à droite. Ils se placent à l'intérieur de 3 tatami (5 mètres 50). Ils se tournent et salut SHOMEN debout, en même temps. Ils se refont face et se saluent en position à genoux (seiza), puis se relèvent en même temps et avance gauche, droite pour se placer en position Shizen hon tai. Ils se retrouvent à 4 mètres.

 

 

 

1° Série TE WAZA :UKI OTOSHI, SEOI NAGE, KATA GURUMA

 

UKI OTOSHI (lancement flottant)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacés de un mètre environ. Uke prend l'initiative du kumi kata en avançant le pied droit (migi shizen tai), tori en profite en reculant la jambe gauche (hidari shizen tai) il tire uke qui se trouve déséquilibré. Uke pour retrouver son équilibre avance son pied droit en TSUGI ASHI (pied glissé). TORI fait à nouveau un 2° déplacement du pied gauche, puis du pied droit en TSUGI ASHI, pour déséquilibrer uke vers l'avant, uke se laisse tirer par tori et avance pour rétablir son équilibre. TORI tire de nouveau uke et lorsque celui-ci avance son pied droit, tori pose son genou gauche derrière son pied dans l'alignement du pied droit en dressant les orteils (l'angle formé par les lignes pied droit genou gauche et genou gauche pied gauche fait 135° à 150°). TORI accentue fortement sa traction sur uke et le projette vers l'avant avec les deux mains, il regarde dans l'axe du kata avec action du ventre pour contrôler la chute de uke. TORI se lève et se tourne, uke se relève et fait face à tori. Uke est alors par rapport à SHOMEN à gauche et TORI est à droite, puis exécute UKI OTOSHI à gauche

 

SEOI NAGE. (projection par dessus l'épaule)

 

TORI et Uke se rapprochent et lorsque Uke est à une distance de 2 mètres environ, il arme avec le point droit en avançant la jambe gauche puis veut frapper le sommet de la tète en avançant jambe droite. TORI pare, avec l’avant bras gauche en avançant le pied droit, déséquilibre uke et place seoi nage. Inverser pour faire le mouvement à gauche.

 

KATA GURUMA (roue autour des épaules)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacé de un mètre environ. Uke prend l'initiative du kumi kata en avançant le pied droit (migi shizen tai), tori en profite en reculant la jambe gauche (hidari shizen tai) il tire uke qui se trouve déséquilibré. Uke pour retrouver son équilibre avance son pied droit en TSUGI ASHI (pied glissé), au 2° déplacement tori passe sa main gauche sous le coude droit de uke pour attraper la manche puis au 3° pas tori tire uke et place KATA GURUMA. TORI place son cou au niveau de la ceinture et introduit sa main droite à l'intérieur de la cuisse UKE, il regarde vers uke pour le soulever puis marque un léger temps d'arrêt avant l'ukemi, uke est tonique et droit. Inverser pour faire le mouvement à gauche. Après tori et uke reprennent leur place initiale à la distance de 4 mètre dos à dos puis se font face de nouveau.

 

 

2° Série KOSHI WAZA (technique de hanches) : UKI GOSHI, HARAI GOSHI, TSURI KOMI GOSHI

 

UKI GOSHI (hanche flottée)

 

TORI et uke sont à 4 mètres uke avance jambe gauche, jambe droite puis gauche en armant avec le poing droit derrière la tête et tente de frapper en avançant la jambe droite, en même temps tori avance jambe gauche, jambe droite puis gauche pied en direction du pied gauche de uke et lorsque uke avance pied droit tori pivote sur son pied gauche et place UKI GOSHI (tori a la ligne de ses pieds qui fait 45 degrés avec l'axe du kata et sa hanche est en contact avec le ventre de uke). Inverser pour faire le mouvement de l'autre coté mais départ à 2 mètres environ.

 

HARAI GOSHI (balayage à l'aide de la hanche)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacé de un mètre environ. Uke prend l'initiative du kumi kata en avançant le pied droit (migi shizen tai), tori en profite en reculant la jambe gauche (hidari shizen tai) il tire uke qui se trouve déséquilibré. Uke pour retrouver son équilibre avance son pied droit en TSUGI ASHI (pied glissé), au 2° déplacement tori place sa main droite dans le dos de uke sur son omoplate puis au 3° déplacement tori recule le pied gauche pour déséquilibrer uke qui avance légèrement son pied droit tori exécute HARAI GOSHI en plaçant sa hanche droite contre le ventre de uke et balaye la jambe droite de uke.

Inverser pour faire le mouvement à gauche.

 

TSURI KOMI GOSHI (projection à l'aide de la hanche en soulevant)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacé de un mètre environ. Uke prend l'initiative du kumi kata en avançant le pied droit (migi shizen tai), tori en profite en reculant la jambe gauche (hidari shizen tai) il tire uke place sa main droite au col de uke derrière le cou qui se trouve déséquilibré. Uke pour retrouver son équilibre avance son pied droit en TSUGI ASHI (pied glissé), tori fait un 2° déplacement en tirant uke puis au 3° tori déplace le pied gauche légèrement vers l'arrière, place son pied droit à l'intérieur du pied droit de uke et en tirant soulevant uke qui se cambre, ramène le pied gauche baisse les hanches pour faire TSURI KOMI GOSHI. Inverser pour faire le mouvement à gauche.

Après tori et uke reprennent leur place initiale à la distance de 4 mètre dos à dos puis se font face de nouveau.

 

 

3° Série ASHI WAZA (technique de jambes) : OKURI ASHI BARAI, SASAE TSURI KOMI ASHI, UCHI MATA

 

OKURI ASHI BARAI (balayage des deux jambes)

 

TORI et uke avancent l'un vers l'autre jusqu'au centre du tapis à une distance de un mètre environ, puis uke veut prendre le kumi kata et tori entraîne uke vers sa droite puis tori se déplace avec plus de force, de ce fait uke est entraîné et au 3° déplacement latéral parallèle à uke TORI avance son pied droit vers le pied gauche de uke et place OKURI ASHI BARAI. Inverser pour le mouvement de l'autre coté en partant de l'endroit de la chute de uke.

 

SASAE TSURI KOMI ASHI (blocage du pied en pêchant)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacé de un mètre environ. Uke prend l'initiative du kumi kata en avançant le pied droit (migi shizen tai), tori en profite en reculant la jambe gauche (hidari shizen tai) il tire uke qui se trouve déséquilibré. Uke pour retrouver son équilibre avance son pied droit en TSUGI ASHI (pied glissé), puis à la fin du 2° pas tori croise son pied droit largement en diagonale ce qui permet à uke de faire son 3° déplacement et à tori de placer SASAE TSURI KOMI ASHI . Inverser pour faire le mouvement à gauche

 

UCHI MATA (fauchage par l'intérieur de la cuisse)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacé de un mètre environ au centre du tapis puis ils avancent tous les deux pied droit pour se mettre en kumi kata. TORI en déplaçant son pied gauche latéralement vers la gauche entraîne uke qui le suit en tsugi ashi puis tori continu le déséquilibre en se déplaçant encore vers sa gauche puis au 3° déplacement tori place UCHI MATA en faisant un petit pas. Inverser pour faire le mouvement à gauche.

Après tori et uke reprennent leur place initiale à la distance de 4 mètres dos à dos puis se font face de nouveau.

 

.

4° Série MA SUTEMI WAZA (technique de sutemi avant) : TO MOE NAGE, URA NAGE, SUMI GAESHI

MA SUTEMI WAZA s'exécutent sans s'arrêter et légèrement plus vite.

 

TO MOE NAGE (projection en cercle)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacé de un mètre environ, puis tori et uke avancent pied droit pour se prendre en kumi kata, tori repousse uke en avançant encore pied droit, uke recule pied gauche puis tori avance gauche droite, uke recule droite gauche et résiste, tori avance pied gauche en passant la main gauche sous le bras droit pour attraper le revers droit de uke et placer to moe nage, uke avance pied gauche et chute en avançant pied droit . Inverser pour faire le mouvement à gauche.

 

URA NAGE (lancer en arrière)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacé de deux mètres 30 environ, il arme avec le point droit en avançant la jambe gauche puis veut frapper le sommet de la tète en avançant jambe droite. TORI avance pied gauche en encerclant la taille de uke de son bras gauche puis avance son pied droit et pousse avec sa main droite sur l'abdomen de uke pour faire ura nage . Inverser pour faire le mouvement à gauche.

 

SUMI GAESHI (renversement dans l'angle)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacé de un mètre environ. TORI et Uke se prennent en migi gigotai, tori en reculant pied droit déséquilibre uke qui avance pied gauche et tourne les épaules tori en profite pour reculer pied gauche, uke avance pied droit même niveau que son pied gauche tori continue le déséquilibre uke avec l'opposition du poids de son corps se place sur la pointe de ses pieds puis tori place SUMI GAESHI uke avance pied droit pour chuter . Inverser pour faire le mouvement à gauche.

Après tori et uke reprennent leur place initiale à la distance de 4 mètres dos à dos puis se font face de nouveau.

 

 

5° Série YOKO SUTEMI WAZA (technique de sutemi latéraux)) : YOKO GAKE, YOKO GURUMA, UKI WAZA.

 

YOKO GAKE (accrochage de côté)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacés de un mètre environ. Uke prend l'initiative du kumi kata en avançant le pied droit (migi shizen tai), tori en profite en reculant la jambe gauche (hidari shizen tai) il tire uke qui se trouve déséquilibré. Uke pour retrouver son équilibre avance son pied droit en TSUGI ASHI (pied glissé). TORI fait à nouveau un 2° déplacement du pied gauche, puis du pied droit en TSUGI ASHI, pour déséquilibrer uke vers l'avant en le faisant tourner légèrement à gauche, uke se laisse tirer par tori et avance pour rétablir son équilibre, au 3° déplacement tori écarte son pied gauche puis place son pied droit près de son pied gauche et fait YOKO GAKE en poussant loin le pied droit de uke avec son pied gauche. Inverser pour faire le mouvement à gauche.

 

YOKO GURUMA (roue de côté)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacé de deux mètres environ, Uke arme avec le point droit en avançant la jambe gauche puis veut frapper le sommet de la tête en avançant jambe droite. TORI essaie de projeter Uke en ura nage. Uke défend en faisant gigotai et en se penchant vers l'avant, tori en profite et place YOKO GURUMA en le projetant dans la direction perpendiculaire à la ligne de ses pieds. Inverser pour faire le mouvement à gauche.

 

UKI WAZA (technique flottante)

 

TORI et Uke se rapprochent pour se tenir espacé de un mètre environ. TORI et Uke se prennent en migi gigotai, tori recule le pied droit largement vers l'arrière droit puis sur réaction de uke qui avance pied gauche et tourne les épaules tori recule son pied gauche en ouvrant son pied gauche et place uki waza . Inverser pour faire le mouvement à gauche. TORI a le corps dans l'axe du kata et non à l'extérieur de l'axe .

TORI et uke reprennent leur place initiale à la distance de 4 mètres dos à dos puis se font face de nouveau, recule pied droit, pied gauche, ils se replacent à l'intérieur de 3 tatami (5 mètres 50). Ils se saluent en position à genoux (seiza), se relèvent, se tournent et salut SHOMEN debout en même temps.

 

 

 

KATAME NO KATA (Passage 3e Dan). 

 

 

  KATAME NO KATA Katame No Kata

 http://www.judoenlignes.com/entree.html

Ayez une bonne connaissance de votre rôle. Que vous soyez dans le rôle de Tori ou de Uke, vous devez être parfaitement au courant de ce qui va se passer. Les actions des deux partenaires doivent être en harmonie, comme dans le Nage no Kata, mais elles sont davantage espacées du fait des fréquents changements de position d' Uke.

Le Katame no kata consiste à immobiliser véritablement le partenaire. Les défenses de Uke ne doivent jamais être faibles. Si Uke reste inerte sur le tapis, la valeur du kata s'en trouve très altérée car Tori ne rencontre pas la résistance lui permettant d'évaluer la valeur de ses actions de contrôle. Tori doit appliquer des techniques correctes en vue d'un effet authentique et Uke doit effectuer des tentatives de sortie authentiques. Dans les shime-waza et les kansetsu-waza, Tori doit s'efforcer de limiter et de contrôler les tentatives de sortie de Uke sans appliquer sa luxation ou sa strangulation jusqu'au point ou elle deviendrait traumatisante. La raison en est à rechercher dans les bases du judo: les osae-komi-waza sont la base des techniques de contrôle ("grappling techniques"), et les techniques évoluées de luxation et d'étranglement ne peuvent être efficaces sur un adversaire de bon niveau que s'il est d'abord efficacement contrôlé. A l'entraînement, ne faites pas du kata une simple cérémonie. Il est normal que Tori ne gagne pas toujours. Mais peu à peu sa technique s'améliorera, et même si Uke progresse aussi, Tori , qui a l'avantage de porter la technique, finira par toujours parvenir à le contrôler. Tori doit trouver ce qui rend chaque technique efficace, ou ce qui le fait échouer. Pour cela, concentrez-vous sur les points suivants:

a) En tant que Tori

1.Kogeki no katachi (forme d'attaque): Ceci recouvre la distance d'engagement. Elle n’est pas la même pour toutes les techniques, et son importance est cruciale. Dans les osae-komi-waza il faut en général contrôler étroitement le corps de l'adversaire contre le sien. Dans les kansetsu-waza et shime-waza, la distance efficace est variable. Il vous appartient de la fixer. L'angle formé entre votre corps et celui de Uke est très important aussi, parce que votre équilibre en dépend.

2.Contrôle: Le contrôle d'Uke doit être établi et maintenu. C'est un bon exemple du Riai, fondé sur le principe de base du judo, céder et résister opportunément. Pour obtenir le contrôle et le maintenir, vous devez tenir Uke en déséquilibre (kusushi), maintenir le contact en dépit de sa résistance (tsukuri), et conclure par le kime, qui est l'équivalent du kake du Nage no Kata. Pour y parvenir, vous devez améliorer votre mobilité (Taisabaki) et concentrer votre force corporelle sur Uke. Etudiez bien les points de contrôle sur le corps de Uke selon la technique: tète, hanches, épaules.

b) En tant que Uke:

1.Bogeki no katachi (forme de défense): La défense ne peut pas réussir si Tori parvient à maintenir la distance d'engagement correcte. Ce kata vous apprend à changer l'angle que son corps forme avec le vôtre et à lui faire perdre l'équilibre, et en même temps sa distance d'engagement.

2.Continuité du contrôle le Katame no kata vous fait sentir ce qu'est une bonne technique de contrôle. Les régions de votre corps qui vous semblent les plus malmenées ou qui vous font souffrir lorsque vous tentez de sortir sont les points de contrôle de Tori. Apprenez à les reconnaître.

 

Le zanshin doit être évident dans le Katame no kata. Vous le développez en reprenant une position fondamentale correcte après avoir relâché votre technique après le signal maita de Uke.

En tant que Uke vous devez tenter énergiquement de sortir, mais en vous gardant de toute gesticulation désordonnée et inutile. Vous ne devez recourir qu'à des techniques de sortie répertoriées, et les appliquer sans esprit de défaitisme. Vous ne devez vous rendre que si Tori l'a mérité. Recherchez les faiblesses de la position de Tori et exploitez-les sans délai et avec efficacité.

S'il ne parvient pas à vous contrôler, vous avez le droit de sortir. Voilà dans quel esprit ce kata doit etre pratiqué. Dans le Katame no kata, les shime et kantsetsu waza peuvent être dangereux s'ils sont mal exécutés. Ils doivent être réservés aux judokas de plus de douze ans. Tori doit réagir instantanément au signal maita et lorsque Uke est débutant, il doit prendre garde à ce que sa technique ne prenne pas effet avant l'abandon de Uke. Uke de son côté doit connaître le signal maita et la façon d'y recourir.

Il est normalement permis à Uke de reposer sa tète sur le tapis entre deux techniques, mais cela renforcera la musculature de la nuque en s'en abstenant.

De même les déplacements en kyoshi à droite et à gauche peuvent etre pratiqués comme façon de renforcer et d'assouplir les jambes, les hanches, les chevilles et les genoux, en même temps qu'ils contribuent à un bon équilibre et à des mouvements plus harmonieux.

 

L'état de muga-mushin est accessible à tout judoka pour peu qu'il pratique suffisamment le kata. Son acquisition est ensuite d'une extrême utilité en randori et en shiai. Les judokas insuffisamment entraînés qui essayent de le recréer artificiellement pour exécuter le kata tendent à en faire trop et deviennent exagérément tendus ou relâchés.

Dans le premier cas, ils essayent tellement de bien faire que leur esprit est comme pris dans un étau et cesse de s'exprimer. Leurs actions deviennent alors maladroites et hésitantes. Le manque de contrôle corporel se traduit par la difficulté à faire face aux situations engendrées par le kata. Les mouvements deviennent inappropriés et exagérés, et le kata devient une suite d'actions imprévisibles, mal synchronisées, et éventuellement dangereuses, surtout pour Uke. Le kata en est encore à un stade grossier et mécanique, et cela ne peut s'améliorer que par le pratique. Des exercices de concentration sur la respiration, soit par la méditation (mokuso), soit en cours d'exécution du kata, peuvent réduire la tension.

Dans le second cas, le pratiquant essaye si fort de ne pas penser qu'il en arrive presque à un état de sommeil. Il se déplace alors comme dans un rêve, mollement et sans vigilance, ce qui détruit toute spontanéité. Le kata est alors faible et sans dynamisme. Ceci vaut sans doute mieux que le défaut inverse, mais montre que l'automatisme des réactions n'est pas encore acquis. Davantage d'entraînement est encore nécessaire, mais on peut aussi combattre l'assoupissement en introduisant des éléments de surprise dans le kata: le professeur peut intervenir de la voix quand il voit que les exécutants s'endorment, ou bien un exécutant plus expérimenté peut être donné comme partenaire au mollasson, avec mission de le tenir en éveil en variant la rapidité de ses attaques, ou même leur ordre. Certains vieux maîtres japonais n'hésitent pas à porter le coup pour montrer à un élève endormi que sa défense est inefficace et qu'il manque de zanshin (Guy PELLETIER).

 

Le KATAME NO KATA fait parti des randori no kata ou forme d'exercices libres. Il a été conçu en sélectionnant et en groupant les techniques caractéristiques de chacune des familles suivantes telles que: OSAE KOMI WAZA, SHIME WAZA et KANSETSU WAZA afin de pouvoir assimiler comment contrôler chaque technique.

Au début, tori se trouve à gauche et uke à droite, par rapport au SHOMEN. Ils sont séparés d'environ 5,5 mètres et se tiennent debout. Ils se tournent vers le SHOMEN qu'ils saluent simultanément, puis se refont face et s'agenouillent (genou gauche puis genou droit et se relève genou droit puis genou gauche) pour se saluer.
TORI et uke se lèvent en même temps et avancent simultanément d'un pas (pied gauche et pied droit), pour se tenir en shihontai (posture naturelle).
Ils se placent en position KYOSHI (posture agenouillée haute) ou KURAIDORI pour cela ils posent leurs genoux gauche au sol orteils fléchis à côté de leur pied droit, laissent aller naturellement la main gauche le long du corps, puis posent leurs mains droites sur leurs genoux et écartent celui-ci vers la droite (le genou en angle droit).
Pour réduire la distance uke avance d'un pas du pied droit suivi de son genou gauche (avancer sur le genou), puis il écarte le pied droit vers la droite et se met en posture KYOSHI. UKE pose la main droite devant son genou gauche (le bout de ses doigts tourné vers son genou gauche). Il maintient son corps avec sa main et son pied gauche, fait «flotter» son genou gauche, passe le pied droit entre sa main droite et son pied gauche, descend son postérieur près de son talon gauche et se couche sur le dos en plaçant ses deux mains le long de son corps (son pied gauche est près de son mollet droit). UKE contrôle son cou, sa tête doit se trouver au centre des 5,5 mètres

OSAE KOMI WAZA (techniques d'immobilisation) :
KESA GATAME, KATA GATAME, KAMI SHIHO GATAME, YOKO SHIHO GATAME, KUZURE KAMI SHIHO GATAME.

1° KESA GATAME (contrôle par le travers)
Lorsque uke s'est couché sur le dos, tori rapproche son pied droit et se lève, pivote vers sa droite, sur l'avant de ses pieds, puis se déplace en partant du pied gauche sur le coté droit de uke. TORI est sur une ligne imaginaire qui passe par le milieu du sternum de UKE pour se placer à TOMA (distance éloignée approximativement de 1,2 m) ou il prend la posture KYOSHI.
Ensuite il avance deux pas sur le genou en partant du pied droit pour se placer en CHIKAMA (distance rapprochée, de près de 0,3 m). TORI avance légèrement près de uke, en avançant pied droit directement et ramène le genou gauche (le pied droit se déplace perpendiculairement et non en biais par rapport à uke), saisit le bras de uke avec ses deux mains (main droite en pronation, main gauche en supination) et le tire vers le haut.
Il passe sa main gauche à l'extérieur, saisit le haut de la manche droite de uke sous son bras gauche. Puis en tournant son corps vers la gauche, il place son genou droit sous l'aisselle droite de uke, place sa main droite sur l'épaule de uke en passant sous l'aisselle gauche de ce dernier. Il avance ensuite son genou droit tout en descendant son postérieur droit, place sa poitrine du coté droit contre la poitrine de uke, plie légèrement son genou gauche dont il pose le coté intérieur sur le sol, et l'écarte vers l'arrière. Il plie légèrement son genou droit et l'écarte vers l'avant.
TORI tire suffisamment sa main gauche pour immobiliser uke.
UKE essaie d'échapper à la prise :
- en essayant de placer UDE GATAME au coude gauche, en joignant la main droite à la main gauche
- en essayant d'introduire son genou droit pour attraper une jambe de tori
- en essayant de renverser tori dans la direction de son épaule gauche en pontant.
Il essaie ainsi de s'échapper en vain et étant donné qu'il ne peut se relever, il donne le signal d'abandon.
Le signal d'abandon peut être donné de la manière suivante :
soit que uke frappe légèrement le corps de tori ou le tatami de deux coups légers.
soit qu'il frappe le tatami avec son pied de deux coups lorsqu'il ne peut se servir de ses deux mains.
Lorsque uke a donné le signal d'abandon, tori et uke reprennent leur forme originale
TORI relâche sa prise, remet le bras droit de uke dans sa position initiale avec ses deux mains, aide UKE à se replacer. TORI recule en CHIKAMA et prend la posture KYOSHI.

2° KATA GATAME (contrôle par l'épaule)

TORI est en CHIKAMA, avance légèrement près de uke (sans rapprocher le pied droit de son pied gauche), tire le bras droit de uke vers le haut avec ses deux mains (main droite en supination saisissant le poignet, main gauche en pronation qu'il place sur le haut du bras). Il pousse le coude droit de uke avec sa main gauche et en le maîtrisant du coté de son oreille droite, il avance le genou droit, en dresse le bout des orteils et place son genou droit contre le flanc de uke (niveau de la ceinture). TORI place le côté droit de son cou contre l'emplacement qu'il poussait avec sa main gauche. Il encercle le cou de uke en passant sa main droite par dessus l'épaule de uke et en la sortant par dessous le cou vers la droite. Il croise cette main droite avec sa main gauche puis allonge la jambe gauche sur le coté gauche.
TORI serre les deux mains et maîtrise uke.
UKE essaie de s'en échapper en :
- plaçant sa paume gauche sur son poing droit et en écartant les 2 coudes pour desserrer l'étranglement
- essayant de tordre son corps vers la droite et en plaçant son genou droit sous les hanches de tori
- essayant de rouler sur l'épaule gauche pour se lever
Ne parvenant pas à s'échapper, uke donne le signal de l'abandon. TORI relâche sa prise, replace le bras de uke à sa place avec les mains, recule en CHIKAMA, reprend sa place en posture KYOSHI, puis recule deux pas pour se placer à TOMA.

3° KAMI SHIHO GATAME (contrôle des 4 points par le dessus)

TORI se met debout pivote vers sa gauche, sur l'avant de ses pieds et avance dans la direction de la tête de uke. Il se place à TOMA et prend la posture KYOSHI. Puis il avance deux pas en partant par le pied droit se place en CHIKAMA.
TORI avance un pas, baisse son genou droit introduit ses 2 mains sous le bout des épaules de uke, saisit les côtés de la ceinture de uke en prise normale et maîtrise les 2 bras de ce dernier avec ses bras. Il place sa poitrine sur celle de uke et pose sa tête sur le côté.
TORI allonge ses orteils, baisse les hanches et maîtrise le corps de uke.
UKE essaie de s'échapper en :
- introduisant une main entre les deux poitrines pour se placer sur le ventre
- saisissant d'un bras le cou de tori et le secouant pour le basculer sur le coté par action, réaction
- poussant tori et en soulevant le corps de ce dernier pour y introduire en dessous les genoux.
Malgré ses efforts, il n'y parvient pas il donne le signal d'abandon. TORI relâche sa prise, recule en CHIKAMA, reprend sa place en posture KYOSHI, puis recule encore deux pas pour se placer à TOMA.

4° YOKO SHIHO GATAME (contrôle des 4 points par le coté)

TORI se lève, avance sur le côté droit de uke, se place à TOMA par rapport à ce dernier et prend la posture KYOSHI. Puis il avance deux pas sur le genou en partant du pied droit pour se placer en CHIKAMA.
TORI avance légèrement de sa position rapprochée, en avançant pied droit directement et ramène le genou gauche (le pied droit se déplace perpendiculairement et non en biais par rapport à uke), saisit le bras droit de uke avec ses deux mains pour le placer sur son côté gauche (main droite en pronation au poignet, main gauche en supination au bras) puis contrôle l'aisselle droite de UKE avec sa main droite, place son genou gauche contre l'aisselle droite de uke (les orteils des pieds sont dressées) sans lâcher le contrôle de la main droite. Puis il saisit la ceinture côté gauche avec sa main gauche pouce à l'intérieur et en abaissant le genou droit (tout en gardant les orteils dressés), il introduit sa main droite entre les jambes de uke, la passe sous la cuisse gauche pour saisir la ceinture côté gauche de uke en prise normale. TORI lâche la main gauche pour contrôler le col du coté gauche de uke assez loin sous la tête en prise normale. Il met ses genoux en contact, l'un contre l'aisselle droite de uke, l'autre contre la hanche droite de ce dernier. TORI allonge les orteils, tourne la tête sur le côté gauche et maîtrise uke.
UKE essaie de s'échapper en :
- plaçant sa main gauche contre le cou du côté gauche de tori et en essayant de placer sa jambe gauche sur le cou (sankaku)
- tordant les hanches et en essayant de placer son genou droit sous le corps de tori
- essayant de se renverser sur la gauche en saisissant l'arrière de la ceinture de tori avec sa main gauche et en poussant ventre avec la main droite.
Ne parvenant ni à s'échapper, ni à se relever, il donne le signal d'abandon. TORI relâche sa prise, remet la main droite de uke dans sa position initiale, recule en CHIKAMA, reprend sa place en posture KYOSHI, puis recule encore deux pas pour se placer à TOMA.

5° KUZURE KAMI SHIHO GATAME (variante de contrôle des 4 points par le dessus)

TORI se lève, avance dans la direction de la tête de uke. Il se place à TOMA et prend la posture KYOSHI. Il avance deux pas sur le genou pour se placer en CHIKAMA.
TORI avance un pas, puis avance encore un pas vers la droite en partant du pied droit. Il saisit le bras droit de UKE par l'intérieur en prise normale avec sa main droite et le tire vers lui en y joignant sa main gauche. Il pose le genou droit en introduisant profondément la main droite sous l'aisselle droite et l'épaule droite de UKE pour saisir le col arrière de ce dernier. Il place le bras droit de uke sous son aisselle droite et le place sur sa cuisse droite, introduit sa main gauche sous l'épaule gauche de uke pour saisir le côté de la ceinture en prise normale, abaisse les orteils et baisse les hanches.
TORI pose sa poitrine sur la poitrine droite de uke de sorte qu'elle se superpose légèrement en oblique. Il serre le corps de uke avec ses mains et le maîtrise.
UKE essaie de s'échapper en :
- poussant tori au cou côté gauche avec main gauche (pouce écarté des doigts) et rentrer le bras droit pour essayer d'attraper le genou droit de tori
- essayant d'introduire le bras gauche et le genou gauche entre les 2 poitrines pour tourner sur le ventre
- saisissant la ceinture dans le dos de tori avec la main gauche et en poussant avec la main droite le ventre de tori en essayant de se renverser sur la gauche.
Mais n'y parvenant pas en vain, il donne le signal d'abandon. TORI relâche sa prise, rabaisse le bras droit de uke avec ses 2 mains, recule à CHIKAMA, prend la posture KYOSHI, puis recule encore deux pas pour se placer à TOMA. UKE, à cet instant, lève la partie supérieure de son corps, place sa main droite au sol sur l'arrière de sa cuisse droite, soutient son corps à l'aide de son pied gauche et de la main droite, fait flotter les hanches, tourne le corps vers la droite tout en déplaçant le pied droit, pose le genou gauche, dresse le genou droit et prend la posture KYOSHI par rapport à tori.

SHIME-WAZA (technique des strangulations)
(KATA JUJI JIME, HADAKA JIME, OKURI ERI JIME, KATA HA JIME, GYAKU JUJI JIME)

UKE pose la main droite devant son genou gauche (le bout de ses doigts tourné vers son genou gauche). Il maintient son corps avec sa main et son pied gauche, fait «flotter» son genou gauche, passe le pied droit entre sa main droite et son pied gauche, descend son postérieur près de son talon gauche et se couche sur le dos en plaçant ses deux mains le long de son corps (son pied gauche est près de son mollet droit). UKE contrôle son cou et sa tête doit se trouver au centre des 5,5 mètres

1° KATA JUJI JIME ( étranglement en croix avec les mains opposées)

Lorsque uke s'est couché sur le dos, tori se lève, avance sur la droite de uke, se place à TOMA par rapport à ce dernier, prend la posture KYOSHI, puis se rapproche à CHlKAMA en gardant la même posture par le pied droit.
TORI avance légèrement de CHIKAMA, en avançant pied droit directement et ramène le genou gauche (le pied droit se déplace perpendiculairement et non en biais par rapport à uke), saisit le bras droit de uke avec ses deux mains pour le placer sur son côté gauche perpendiculairement au corps de UKE (main droite en pronation au poignet, main gauche en supination au bras). Puis se rapproche encore, contrôle l'aisselle droite de uke avec sa main droite, place son genou gauche contre l'aisselle droite de uke (les orteils des pieds sont dressés). TORI tend le revers gauche de uke avec sa main droite et empoigne profondément le col du côté gauche de uke en prise inverse avec sa main gauche (les 4 doigts en dedans), tout en poussant le bras gauche de uke avec sa main droite pour l'aligner par rapport au bras droit, il enfourche le corps de uke, coince le corps de ce dernier avec ses jambes et le maîtrise. Il passe sa main droite au dessus de la tête de uke pour saisir profondément le col du côté droit en prise normale (le pouce vers l'intérieur) et croise ses 2 mains sur la gorge de uke. TORI tire sa main gauche contre lui et en poussant sa main droite, il plie le corps vers l'avant et étrangle le cou de uke. UKE essaie de s'en échapper en poussant les bras de tori avec ses deux mains, mais n'y parvenant pas, il donne le signal d'abandon. TORI relâche sa prise, remet le bras droit de uke dans sa position initiale, reprend la posture KYOSHI en CHIKAMA, puis recule pour se placer en TOMA. TORI se lève.

2° HADAKA-JIME (étranglement à main nu)

UKE relève la partie supérieure de son corps et s'assied. Il plie le genou gauche et pose le bout du pied près du mollet de sa jambe droite et prend la posture dont le genou droit est légèrement plié. Mains placées sur les genoux.
Lorsque uke se relève, tori avance pour se placer derrière lui et prend la posture KYOSHI à TOMA. Puis il avance deux pas sur les genoux en partant du pied droit et se place a CHIKAMA.
TORI avance légèrement pour se placer contre le dos de uke. Il avance sa main droite par dessus l'épaule droite de uke, plie le bras, place le poignet sur la gorge de uke, croise la paume de la main droite et gauche (la main gauche au-dessous) sur l'épaule gauche de UKE. Il place sa joue droite sur la joue gauche de uke et maîtrise son corps.
TORI baisse le corps et en reculant par le pied gauche , il déséquilibre uke vers l'arrière. Il serre les deux mains et étrangle le cou de uke.
UKE saisit le haut du bras droit de tori avec les deux mains et essaie d'échapper à la prise, mais n'y parvenant pas, il donne le signal d'abandon. TORI relâche sa prise et recule pour se placer en CHIKAMA.

3° OKURI ERI JIME (étranglement par les revers en glissant)

TORI avance légèrement de CHIKAMA et se place derrière uke.
TORI introduit sa main gauche sous l'aisselle gauche de uke pour saisir le col gauche de ce dernier et le tirer vers le bas. Il place sa main droite sur la gorge de uke par dessus l'épaule droite de ce dernier pour saisir profondément le col gauche de uke en prise normale. Il ressaisit profondément le col droit de uke en prise normale avec sa main gauche. Il place sa joue droite sur la joue gauche de uke et met en contact son épaule avant droite sur le cou arrière de uke pour maîtriser le corps de ce dernier.
TORI baisse le corps tout en reculant légèrement vers l'arrière en partant du pied gauche et un peu du pied droit puis déséquilibre uke vers l'arrière. TORI soutient le corps de uke avec l'intérieur de son genou droit. Il tire avec sa main droite vers lui et avec sa main gauche vers le bas pour étrangler le cou de uke.
UKE saisit le haut du bras droit de tori avec ses deux mains et le tire vers le bas pour essayer de s'échapper, mais n'y parvenant pas, il donne le signal d'abandon. TORI relâche sa prise, prend la posture KYOSHI, recule pour se placer à CHIKAMA.

4° KATAHA JlME (étranglement en contrôlant un côté)

TORI avance légèrement de CHIKAMA et se place derrière UKE.
TORI introduit sa main gauche sous l'aisselle gauche de uke pour saisir le col gauche de ce dernier et le tirer vers le bas. Il place sa main droite sur la gorge de uke en passant par dessus l'épaule droite pour saisir profondément le col gauche de ce dernier en prise normale.
TORI écarte le bras gauche de UKE, puis lève ce même bras vers le haut pour maîtriser uke et le déséquilibrer vers l'arrière.
TORI introduit la paume de sa main gauche tournée vers l'intérieur, le bout des doigts tendu sous son bras droit, ceci par dessus l'épaule gauche de uke. Il recule simultanément le pied droit vers la droite en tournant un peu son corps vers la droite et tire sa main droite pour étrangler le cou de uke en poussant avec le ventre.
UKE saisit le poignet gauche de tori avec sa main droite, tire son bras gauche vers le bas et essaie de s'en échapper, mais n'y parvenant pas, il donne le signal d'abandon. TORI relâche sa prise, recule en CHIKAMA, puis recule encore pour se placer à TOMA.

5° GYAKU JUJI JIME (étranglement en croix contraire)

UKE se couche sur le dos. TORI se lève et avance sur la droite de uke pour se placer à TOMA. Il prend la posture KYOSHI, avance deux pas en gardant la même posture en partant du pied droit pour se placer à CHIKAMA.
TORI avance légèrement de CHIKAMA, déplace le bras droit de uke vers son côté gauche avec les deux mains, se rapproche encore, contrôle l'aisselle droite de uke avec sa main droite, place son genou gauche contre l'aisselle droite de uke (les orteils des pieds sont dressés). TORI tend le revers gauche de uke avec sa main droite et saisit profondément le col du côté gauche de uke en prise inverse avec sa main gauche. Il pousse le bras gauche de uke avec sa main droite pour l'ouvrir, tout en enfourchant le corps de uke. Il maîtrise le corps de uke avec les jambes, introduit sa main droite par dessus son poignet gauche pour saisir le col droit arrière de UKE en prise inverse.
TORI tire les deux mains vers lui tout en restant en califourchon sur le corps de uke, et serre le cou de se dernier. En réponse à l'action de tori, uke le pousse par dessus le coude gauche de tori avec sa main droite, puis il pousse le coude droit de tori vers le haut avec sa main gauche. Il essaie ainsi de relâcher la prise de tori. TORI en profite pour se renverser sur le cote gauche. Il croise les pieds autour du corps de uke pour maîtriser uke. Il tire encore vers lui pour serrer encore plus fort. TORI se trouve sur son côté gauche.
UKE, ne parvenant pas à s'échapper, donne le signal d'abandon. TORI desserre sa prise. UKE reprend sa position initiale couchée sur le dos. TORI, de même reprend sa posture en califourchon sur uke, puis il recule à CHIKAMA pour prendre la posture KYOSHI. Il recule encore pour se placer à TOMA. Puis tori reprend la place initiale qu'il avait prise au début du KATA. Durant cette action, uke se relève et reprend la posture KYOSHI.

KANSETSU WAZA ( UDE GARAMI, UDE HISHIGI JUJI GATAME,UDE HISHIGI UDE GATAME, UDE HISHIGI HIZA GATAME, ASHI GARAMI)

UKE pose la main droite devant son genou gauche (le bout de ses doigts tourné vers son genou gauche). Il maintient son corps avec sa main et son pied gauche, fait «flotter» son genou gauche, passe le pied droit entre sa main droite et son pied gauche, descend son postérieur près de son talon gauche et se couche sur le dos en plaçant ses deux mains le long de son corps (son pied gauche est près de son mollet droit). UKE contrôle son cou et sa tête doit se trouver au centre des 5,5 mètres

1° UDE GARAMI (luxation sur bras fléchi)

Lorsque uke s'est couché sur le dos, tori se lève puis avance sur la droite de ce dernier. Il se place à TOMA et prend la posture KYOSHI. Puis il avance en gardant la même posture en partant du pied droit pour se placer à CHIKAMA.
TORI avance légèrement de sa position rapprochée, saisit le bras droit de uke en prise normale avec ses 2 mains et le déplace sur son coté gauche. Lorsque TORI montre son intention d'attaquer, uke y répond en levant la main gauche et en essayant de saisir le revers droit de tori.
TORI saisit le poignet gauche de uke avec sa main gauche (le pouce dirigé vers le bas), et en même temps qu'il pose son genou droit sur le tatami, il appuie le poignet gauche de uke sur le tatami, de sorte que l'avant bras de uke forme un angle droit (le coude gauche de TORI touche le tatami près de l'épaule gauche de uke). Il saisit son propre poignet gauche avec sa main droite en la passant sous le bras de uke. Il appuie la poitrine avec sa propre poitrine. Il tire vers lui ses deux mains et maîtrise l'articulation du coude de uke. UKE tourne son poignet gauche vers l'intérieur, lève son épaule gauche et ses hanches pour essayer d'échapper à la prise, mais n'y parvenant pas, il donne le signal d'abandon.
TORI relâche sa prise et recule pour se placer en CHIKAMA.

2° UDE HISHIGI JUJI GATAME (luxation sur bras tendu en croix)

TORI avance légèrement de CHIKAMA et montre son intention d'attaquer.
En réponse à cette attaque, uke allonge la main droite et essaie de saisir le revers gauche de tori.
TORI saisit le poignet droit de uke avec sa main droite et place sa main gauche en dessous pour tirer un peu vers le haut. Il le place devant sa poitrine, avance profondément le bout de son pied droit sous l'aisselle droite de UKE, genou droit contre le bras de UKE, courbe son corps vers l'avant et décrit un cercle avec le bout des orteils de son pied gauche autour de la tête de UKE. Il pose le pied près de l'épaule gauche de UKE et maîtrise le cou de uke. Il coince la partie supérieure du bras droit de uke entre ses deux jambes et se renverse sur le dos de sorte qu'il forme un angle droit avec le corps de uke, puis il pose son postérieur près du talon droit. Il serre les deux jambes en soulevant ses hanches et maîtrise à cet instant l'articulation du coude de uke.
UKE lève les hanches, tire vers lui le bras droit et tourne son corps vers la gauche pour essayer de s'échapper, mais n'y parvenant pas, il donne le signal d'abandon.
TORI relâche sa prise et recule pour se placer à CHIKAMA.

3° UDE HISHIGI UDE GATAME (contrôle du bras tendu)

TORI avance légèrement de sa position rapprochée, saisit le bras droit de uke en prise normale avec ses 2 mains et le déplace sur son coté gauche. Lorsque TORI montre son intention d'attaquer, uke y répond en levant la main gauche, il essaie de saisir le revers droit de tori.
TORI abaisse son corps et maîtrise le poignet gauche de uke en le coinçant entre son épaule droite et son cou du côté droit. Il place la paume de sa main droite sur le coude de uke et y superpose sa main gauche pour le recouvrir, il place son tibia droit contre la hanche de uke et le maîtrise pour l'empêcher de se relever. Il tire vers lui ses deux mains en appuyant sur le coude de uke et en tordant le corps vers la gauche pour maîtriser l'articulation du coude de uke. UKE tire le bras gauche vers lui et essaie d'échapper, mais n'y parvenant pas, il donne le signal d'abandon.
TORI relâche sa prise, replace le bras droit de uke dans sa position initiale avec ses deux mains. Il recule pour se placer à CHIKAMA. Il recule encore pour se placer à TOMA. UKE se relève et prend la posture KYOSHI. TORI avance dans la direction de la tête de uke

4° UDE HISHIGI HIZA GATAME (contrôle du bras tendu par le genou)

TORI fait face à uke en se plaçant en TOMA. Il prend la posture KYOSHI, avance de deux pas en gardant la même posture pour se placer à CHIKAMA.
TORI et uke se rapprochent légèrement encore et se saisissent en position agenouillée haute à droite.
TORI relâche sa main gauche du bras droit de uke, la passe en dessous pour l'enrouler largement sous son aisselle et pour placer la paume de cette main sur le coude droit de uke. (à cet instant, il coince le poignet droit de uke sous son aisselle gauche). Il déséquilibre uke vers l'avant avec ses deux mains et place le bout de son pied droit sur la cuisse intérieure gauche de uke en se renversant sur le dos. Il place le bout du pied gauche sur le dos de uke et place l'intérieur du genou sur sa propre main gauche qui contrôle le coude droit de uke. En même temps, qu'il tourne les hanches vers la droite, il maîtrise l'articulation du coude de uke. UKE essaie d'introduire son bras droit loin sous l'aisselle gauche de TORI et essaie d'échapper mais n'y parvenant pas, il donne le signal d'abandon.
ASHI GARAMI (luxation de la jambe)

TORI et uke se lèvent en même temps et prennent la position naturelle à droite. TORI déséquilibre uke vers l'avant avec ses deux mains. Il avance le pied gauche entre les deux pieds de uke, se renverse sur le dos, il place la plante de son pied droit sur le bas ventre de uke et prend la posture de TOMOE NAGE. UKE résiste en avançant d'un pas le pied droit et essaie de tirer torivers le haut. TORI en profite pour introduire les hanches en les glissant entre les jambes de uke. Il pousse le côté intérieur du genou gauche de uke avec son pied droit pour rompre le corps de ce dernier vers l'avant et lorsque UKE pose son genou gauche au sol, il contourne la jambe droite de uke par l'extérieur avec son pied gauche et tout en enfonçant le bout de son pied dans l'abdomen droit de uke, il tourne sa taille vers la droite et allonge sa jambe gauche, puis tire le judogi de UKE avec ses deux mains pour maîtriser l'articulation du genou de uke. UKE tourne son corps vers sa gauche et essaie d'échapper, mais n'y parvenant pas, il donne le signal d'abandon. TORI relâche sa prise. Tous les deux reprennent la posture KYOSHI. TORI recule de deux pas et se place en TOMA. UKE recule d'un pas et reprend sa position initiale. Tous les deux se font face a face en posture KYOSHI.
TORI et uke se lèventen même temps et prennent la posture naturelle. Ils reculent tous les deux d'un pas en arrière par le pied droit puis le pied gauche.
Ils s'agenouillent et se saluent. Après s'être levés, ils se tournent vers le SHOMEN et terminent en se saluant.

KIME NO KATA (Passage 4e Dan).

 

 

  KIME NO KATA
(forme de décision)


 

Le KIME NO KATA a été conçu pour pouvoir acquérir une forme très effective lors d'un combat réel. Il est celui de la décision "KIME". Il est donc implorant d'entraîner le corps à des mouvements promptes suite à des exercices et à des techniques appropriées. Le KIME NO KATA se compose de 8 techniques en position IDORI (position agenouillée) et de 12 techniques en position TACHI-AI (position debout), soit au total 20 techniques. Les attaques sont faites sans armes et avec armes de l'époque (le sabre court et le sabre long) dont les désignations sont les suivantes:

IDORI (position agenouillée)

(1) RYOTE-DORI (prise des deux mains)
(2) TSUKKAKE (coup de poing à l'estomac)
(3) SURI-AGE (coup en glissant le long du front)
(4) YOKO-UCHI (coup de poing sur le côté)
(5) USHIRO-DORI (prise par derrière)
(6) TSUKKOMI (coup à l'estomac avec la dague)
(7) KIRI-KOMI (fendre la tête avec la dague)
(8) YOKO-TSUKI (coup de côté avec la dague)

TACHI-AI (position debout)

(I) RYOTE-DORI (prise de deux mains)
(2) SODE-TORI (prise par les manches)
(3) TSUKKAKE (coup de poing au visage)
(4) TSUKI-AGE (coup de poing en uppercut)
(5) SURI-AGE (coup en glissant le long du front)
(6) YOKO-UCHI (coup de poing sur le côté)
(7) KE-AGE (coup aux testicules)
(8) USHIRO-DORI (prise des épaules par derrière)
(9) TSUKKOMI (coup à l'estomac avec la dague)
(1O) KIRI-KOMI (fendre la tête avec la dague)
(11) NUKI-KAKE (empêchement de dégainer)
(12) KIRI-OROSHI (fendre la tête avec le sabre)

MOUVEMENT DU COMMENCEMENT

Par rapport au SHOMEN, TORI se tient à gauche et UKE à droite. Ce dernier porte dans sa main droite un sabre et une dague (la pointe du sabre baissée vers le bas à près de 45°) bras tendu le long du corps, dont les tranchants sont tournés vers le haut, le sabre placé à l'extérieur (uke tient la poignée de la dague alignée sous la "TSUBA" garde du sabre) de la dague. TORI et UKE debout l'un en face de l'autre sont séparés d'environ 5,4m. Ils font un salut debout vers le SHOMEN puis s'agenouillent face à face. UKE aligne le sabre puis la dague à côté de lui sur sa droite de sorte que le sabre soit placé à l'extérieur de la dague (la poignée de la dague alignée sous la garde du sabre, les deux tranchants tournés vers l'intérieur). Puis UKE et TORI se saluent en position agenouillée. TORI reste agenouillé tandis que UKE reprend la dague puis le sabre, se lève en tenant les 2 armes (les tranchants dirigés vers le haut), il recule le pied droit en tournant et avance pied gauche et se dirige vers l'arrière jusqu'à près de 1,8m puis s'agenouille en dressant les 2 armes devant lui (les tranchants dirigés vers lui). Il place sa main gauche sur le côté gauche du sabre et abaisse les poignées des 2 armes vers la gauche. Il les place devant lui puis se redresse. Dans ce cas la position de la dague est à l'avant et celle du sabre à l'extérieur. Les pommeaux des 2 armes sont tournés vers le JOSEKI et leurs tranchants dirigés vers l'intérieur. Lorsque uke se lève, tori en fait de même. Uke recul pied droit et tourne en avançant pied gauche et reprend sa place initiale. Puis tous les deux avancent d'un pas en partant du pied gauche et prennent la posture naturelle. Ils se rapprochent l'un vers l'autre jusqu'à ce qu'une distance de près de 90 cm les sépare puis s'agenouillent. Uke et tori avancent sur les genoux et se rapprochent jusqu'à laisser un espace d'environ 2 poings entre eux (cette position est appelée HIZA ZUME NO MAAI poing fermés, pouce extérieur).

IDORI (position agenouillée)

1 RYOTE-DORI (prise des deux mains)

Tori et uke sont assis face à face dans la position de HIZA ZUME, les deux mains posées naturellement sur les cuisses avec le bout des doigts dirigé légèrement vers l'intérieur. Uke choisit l'occasion (de même ci-après) pour s'emparer des deux poignets de tori en prise normale (les pouces à l'intérieur) tout en gardant la position assise (il ne dresse pas les orteils des pieds). Cette action de uke s'accompagne d'un KIAI. En réponse à cette attaque, tori rapproche les genoux et écarte les deux bras vers l'arrière déséquilibrant ainsi uke vers l'avant. Il dresse les orteils puis en lançant simultanément un KIAI il frappe avec la plante de son pied droit (ou du genou droit) le creux de l'estomac de uke. Il rabaisse immédiatement le genou dans sa position initiale. Tori libère ensuite sa main gauche et lève sa main droite vers le haut avec laquelle il saisit le poignet gauche de uke par le dessous. Simultanément à cette action il tourne son corps vers la gauche, lève le genou gauche et tire vers lui le bras gauche de uke parallèlement à son corps. De la main gauche il saisit le poignet gauche de uke par le dessous (4 doigts à l'extérieur, le pouce à l'intérieur) et cale le bras gauche de uke sous son aisselle droite puis fait déséquilibrer uke vers l'avant à l'aide de ses deux mains et de son corps. Il contrôle l'articulation du coude de uke par WAKI-GATAME en déplaçant pied gauche, genou droit puis pied gauche et genou droit . Une fois la prise achevée, uke tape deux fois de la main droite le tatami ou le corps de son partenaire pour déclarer le signal d'abandon. Le signal d'abandon dans le KIME-NO-KATA est donné en tapant soit le tatami soit le corps du partenaire, soit les deux mains suivant la nature de la technique.

2. TSUKKAKE (coup de poing à l'estomac)

Tori et uke sont assis face à face dans la position HIZAZUME. Uke dresse les orteils des pieds en levant les hanches. Il essaie de frapper le creux de l'estomac de tori avec son poing droit (le revers tourné vers le bas). En réponse à cette attaque tori plie le genou droit qu'il écarte sur le côté et en même temps tourne son corps vers la droite en pivotant sur son genou gauche dont les orteils sont dressés et évite ainsi le coup de uke. De la main gauche (le pouce au dessus, les 4 doigts en dessous) il tire uke vers lui en le tenant par le bras droit (un peu au dessus du coude) et fait déséquilibrer son corps vers l'avant. Simultanément à cette action, il frappe avec son poing droit (le revers de la main tourné vers le bas) le UTO de uke (partie entre les yeux) en lançant un KIAI. Immédiatement il saisit de la même main le poignet droit de uke par le dessus en plaçant son pouce à l'intérieur (le revers de la main de uke tourné vers le haut) qu'il place sur son genou droit. De la main gauche, tori saisit profondément le col droit de uke par dessus l'épaule et maîtrise son cou de ce dernier en déplaçant pied droit, genou gauche puis pied droit et genou gauche tout en pressant l'articulation du coude droit de uke sous son ventre et contrôle par HARA-GATAME l'articulation du coude de uke en le poussant légèrement avec son ventre.

3. SURI-AGE (coup en glissant le long du front)

Tori et uke sont assis face à face dans la position HIZA ZUME. Uke lève les hanches, les orteils des pieds dressés, allonge les 5 doigts de la main droite dont il glisse la paume le long du front de tori de bas en haut, dans le but de causer une fracture au cou de ce dernier. Cette attaque s'accompagne d'un KIAI. Tori esquive le coup en cambrant la partie supérieure de son corps et en tournant légèrement son corps vers la droite. Il lève les hanches et dresse les orteils de ses pieds puis en avançant la paume de la main droite vers l'avant, il saisit le poignet droit de uke et détourne le coup vers le haut. Il place sa main gauche sous l'aisselle droite de uke en dirigeant la paume de cette main vers le haut et le pouce vers l'extérieur. Avec le mouvement de ses deux mains, tori fait déséquilibrer le corps de uke vers l'avant. Simultanément, il frappe avec la plante de son pied droit le creux de l'estomac de uke puis il tourne immédiatement son corps vers la droite en pivotant sur le genou gauche. Ensuite en posant le genou droit sur le tatami, il fait tomber uke vers l'avant en le tirant et en le tordant fortement. Sans changer la prise de la main gauche, il maîtrise le bras de uke (à l'articulation de son bras) en le pressant par le dessus avec les 2 mains. De la main droite, il pousse vers l'avant le bras droit de uke en tenant la paume de la main de ce dernier dirigée vers le bas, puis avance le genou gauche, suivi du genou droit (les bouts des deux pieds allongés), abaisse les hanches, applique son genou gauche dans le creux du coude droit de uke qu'il presse et maîtrise l'articulation du coude de uke à l'aide de sa main droite il relève la main droite de uke.

4. YOKO UCHI (coup de poing sur le côté)

Tori et uke sont assis face à face dans la position HIZA ZUME. Uke lève les hanches, dresse les orteils des pieds et en levant la main droite, il essaie de frapper la tempe gauche de tori avec son poing droit (tourbillon). Cette attaque s'accompagne d'un KIAI. Tori esquive le coup en abaissant la tête pour passer sous le bras droit de uke, puis dresse les orteils de son pied gauche, avance profondément son pied droit sur le côté droit de uke et immobilise le bras droit et le cou de uke par la forme KATA GATAME en les serrant entre son propre bras droit et le côté droit de son cou. En même temps, il fait tomber uke vers l'arrière droit de ce dernier en plaçant sa main gauche sur le dos de uke à hauteur de ses hanches. Il immobilise avec la main gauche l'articulation du coude droit de uke (le bras droit de uke sur sa joue), puis se redresse, allonge les doigts de sa main droite en les joignant et frappe perpendiculairement avec son coude droit fléchi le creux de l'estomac de uke en lançant un KIAI. Tori et uke se tiennent face à face séparés d'une distance éloignée (près de 1,2m).

5. USHIRO-DORI (prise des épaules par derrière)

Uke se lève de sa position éloignée et s'assied derrière tori à un pas de lui. il se rapproche encore de lui sur les genoux et se tient à une distance proche (de près de 20 cm). Uke, en levant les hanches, dresse les orteils des pieds, avance la jambe droite sur le côté droit de tori en pliant le genou et tourne la tête vers la gauche (il place sa tête à gauche de la tête de tori). Il encercle de ses deux bras la partie supérieure des bras de tori en lançant un KIAI. A cette attaque, tori écarte ses 2 bras. De la main droite (bras), il maintient par devant les bras droit et gauche de uke et de la main gauche, il retient la partie la plus haute possible du bras gauche de uke. Il dresse les orteils des pieds, glisse profondément sa jambe droite entre les 2 jambes de uke en levant les hanches et en enroulant le corps de uke au dessus de son épaule par la forme SEOI-NAGE à gauche il l'amène au sol. Il prend la forme USHIRO-KESA-GATAME en retenant sous son flanc droit le corps de uke avec son bras droit et le frappe aux testicules. Cette action est accompagnée d'un KIAI. Tori et uke se relèvent ensemble. Uke reprend sa position initiale (derrière tori en passant sur sa gauche) et après s'être assis face à tori (à distance éloignée), il va prendre la dague.

6. TSUKKOMI (coup à l'estomac avec la dague)

Uke s'agenouille devant les deux armes, met la dague dans sa poitrine (le tranchant dirigé vers le haut) et reprend sa place initiale. Il s'agenouille face à tori , séparé de lui de prés de 45 cm. De la main gauche, uke tient la dague par dessus son judogi. Il dégaine la dague de la main droite (le tranchant dirigé vers le haut), lève les hanches, dresse les orteils du pied droit, avance le pied gauche et essaie de percer le creux de l'estomac de tori en lançant un KIAI. En réponse à cette attaque, tori tourne son corps vers la droite en pivotant sur son genou gauche dont les orteils sont dressés et esquive le coup en fléchissant et en écartant le genou droit. Il balaie avec la paume (les 4 doigts tournés vers le bas) de la main gauche le bras droit de uke (un peu au dessus du coude) et fait déséquilibrer uke dans la même direction. Simultanément à cette action, il frappe le UTO (partie entre les yeux) de uke avec son poing droit (le revers de la main tourné vers le bas) en lançant un KIAI, puis immédiatement avec la même main, il saisit le poignet droit de uke par le dessus et le tire contre sa hanche droite (le revers de la main droite de uke tourné vers le haut) pour le placer sur sa cuisse. Il saisit amplement avec sa main gauche, le col droit de uke par dessus l'épaule gauche de ce dernier et maîtrise par HARA GATAME l'articulation de son coude droit en contrôlant son cou.

7. KIRI-KOMI (fendre la tête avec la dague)

Tori et uke sont agenouillés face à face distancés de près de 45 cm. Uke dégaine la dague (qui remplace le petit sabre) de la main droite et la glisse dans la ceinture de la hanche gauche (le tranchant dirigé vers le haut). Uke ouvre le KOIGUCHI (en poussant avec le pouce sur le tsuba vers le bas) du petit sabre avec sa main gauche, puis il dresse les orteils de son pied gauche et en avançant son pied droit, il dégaine avec sa main droite. Il essaie de trancher tori par devant en en lançant un KIAI. En réponse à cette attaque, tori tourne son corps vers la droite en se servant de son genou gauche comme pivot, dresse les orteils de son pied gauche, fléchit le genou droit qu'il écarte pour esquiver le coup de uke. Lorsque le coup de uke arrive à hauteur de la tête de tori, ce dernier saisit le poignet droit de uke avec ses deux mains (proche du poignet pour la main droite, éloigné pour la main gauche) pour le détourner et fait déséquilibrer uke vers l'avant à droite. Il contrôle par WAKI-GATAME en pressant le bras droit de ce dernier sous son aisselle gauche. Uke reprend sa position initiale et s'agenouille face à tori. Il remet le petit sabre dans la gaine glissée dans sa ceinture gauche, puis il le replace dans la poitrine en tant que dague.

8. YOKO-TSUKI (coup de côté avec la dague)

Uke se lève, puis s'avance pour se placer sur le côté droit de tori et s'agenouille en s'alignant à côté de lui à environ 20 cm (les genoux sur la même ligne). Uke tient la gaine par dessus son judogi de la main gauche. Il dégaine de la main droite. Il dresse les orteils du pied droit et avance le pied gauche vers la gauche. Puis il essaie de percer le flanc droit de tori en tenant la dague avec le tranchant tourné vers le haut. Cette action s'accompagne d'un KIAI. En réponse à cette attaque, tori dresse les orteils du pied gauche et en se servant de son genou gauche comme appui, il fléchit le genou droit pour tourner son corps vers la droite à 180°. Avec la paume de la main gauche (le pouce au dessus et les 4 doigts en dessous), il balaie le coude droit de uke tout en faisant déséquilibrer uke dans la même direction. Simultanément à cette action et en lançant un KIAI, il frappe de son poing droit (le revers de la main tourné vers le bas) le UTO de uke. immédiatement après, il saisit par le dessus de la même main le poignet droit de uke qu'il tire contre sa hanche droite (le revers de la main droite de uke tourné vers le haut) puis la place sur sa cuisse droite. Il saisit amplement de sa main gauche, le col droit de uke par dessus l'épaule gauche de ce dernier et contrôle par HARA GATAME l'articulation du coude droit de uke en maîtrisant son cou. Tori et uke reprennent leur position initiale (uke à droite de tori). Uke, après avoir placé la dague dans la gaine se trouvant dans sa poitrine, se lève, écarte pied droit et avance pied gauche pour revenir face à Tori, puis s'agenouille à une distance éloignée. Uke se lève ensuite, avance dans la direction du sabre, s'agenouille, puis repose la dague à sa place initiale. Uke et Tori se lèvent. Uke revient face à Tori.

TACHI-AI (position debout)

1. RYOTE-DORI (prise des deux mains)

Tori et uke se tiennent debout face à face, séparés de près d'un pas (approximativement de 40 cm). Uke avance le pied droit en lançant un KIAI, puis saisit les poignets de tori avec ses deux mains en prise normale (le pouce tourné vers l'intérieur) et essaie de le maîtriser. En réponse à cette attaque, tori écarte les 2 mains vers l'arrière et fait déséquilibrer le corps de uke vers l'avant. Puis en lançant un KIAI, il donne un coup avec la plante de son pied droit dans les testicules de uke, puis repose immédiatement son pied dans la même position. il lève la main droite vers le haut et saisit le poignet gauche de uke par le dessous. Il libère sa main gauche et recule le pied gauche pour tourner son corps vers la gauche. En même temps, il tire le bras gauche de uke parallèlement à son corps, le saisissant de la main droite (plus proche de la paume de la main de uke que de la main droite) à laquelle il joint sa main gauche (le pouce a l'intérieur et les 4 doigts à l'extérieur), puis il applique WAKI GATAME à droite le bras gauche de uke sous son aisselle droite.

2. SODE-TORI ( prise par les manches)

En partant de SHIMOZA (côté inverse de KAMIZA, place d'honneur), uke se place par un large déplacement derrière tori sur le côté gauche. Uke agrippe de la main gauche le milieu arrière de la manche gauche de Tori, puis avec la main droite en prise normale, pouce vers le haut (au dessus du coude sans tourner ni vers l'intérieur, ni vers l'extérieur l'avant bras mais en le levant vers l'avant) il maîtrise tori en tordant légèrement cette manche avec son poignet dans un plan horizontal tout en le poussant vers le haut et vers l'avant et en avançant le pied droit. Tori, au troisième pas, avance le pied droit obliquement vers la droite puis déséquilibre uke dans cette même direction. Il donne un coup du pied gauche (côté tranchant droit du pied) dans le genou droit de uke par l'avant-droit. Cette action s'accompagne d'un KIAI. Il rabaisse immédiatement le pied gauche à l'extérieur du pied droit de uke, tout en tournant son corps vers la gauche. Il saisit le milieu de la manche droite de uke avec sa main gauche et de la main droite, le col, côté gauche de uke puis le projette par O SOTO GARI à droite.


 

3. TSUKKAKE (coup de poing au visage)

Tori et uke se tiennent debout face à face, séparés de près de 1,8m. Uke lève vers l'avant le bras gauche en le pliant légèrement. Il se tient en garde gauche, dirigeant le poing gauche à hauteur de ses yeux et le poing droit à hauteur de son estomac. Il se rapproche de tori en partant du pied gauche par TSUGI-ASHI, feint de le frapper avec son poing gauche, puis avance immédiatement d'un grand pas le pied droit et tente de frapper le UTO de tori avec son poing droit (le dos de la main dirigé vers le bas) en lançant un KIAI. Devant cette attaque, tori tourne rapidement son corps vers la droite en reculant son pied droit et saisit simultanément avec sa main droite l'avant-bras de uke qu'il tire avec force vers le bas pour lui faire perdre l'équilibre. Au moment ou uke essaie de se redresser, tori avance le pied droit puis le pied gauche derrière le dos de uke. Il glisse en même temps sa main droite puis la place sous sa gorge par dessus l'épaule droite de uke. Puis il fait déséquilibrer uke vers l'arrière. Il applique la forme HADAKA-JIME en croisant sa main droite et sa main gauche sur l'épaule gauche de uke (la main droite au dessus), puis il recule le pied gauche vers l'arrière et prend la posture légèrement défensive pour l'étrangler. Uke se défend en s'agrippant avec les 2 mains au coude droit de tori. Lorsqu'il ne peut plus se défendre, il donne le signal d'abandon avec son pied.

4. TSUKI-AGE (coup de poing en uppercut)

Tori et uke se tiennent debout face à face, séparés de près d'un pas. Uke avance légèrement le pied droit en lançant un KIAI et essaie de donner un coup avec son poing droit (le dos de la main tourné vers l'

Calendrier

Les anniversaires

FACEBOOK

Partenaires